Tarbes 2017 : Divin de Cajus, la grosse impression de Philippe Giraud

09/11/2017
" Ca me fait vraiment plaisir de te remettre ce prix à toi ". Fils de Caroline de Freycinet, à laquelle la dernière grande course de la réunion classique de Tarbes rend hommage, Yann de Kersabiec félicite alors très chaleureusement Philippe Giraud, le permis d'entrainer de Divin de Cajus, imprimeur de métier et cheville ouvrière du Syndicat AngloCourse.

  

Le comité du Syndicat AngloCourse ne laisse pas de place aux ronds de cuir, aux cooptés de tous bords et autres pique assiette qui hantent encore trop de bureaux du monde des courses. Ses membres ont tous des chevaux, beaucoup en vivent et certains remplissent tous les rôles, comme Philippe Giraud. Imprimeur de métier, et bien entendu éditeur du Guide Annuel, Philippe Giraud a crée un complexe équin en région bordelaise où il fait du débourrage pré-entrainement. Et à côté de tout cela, il a un permis d'entrainer grâce auquel il obtient toujours de bonx résultats. Mais avec Divin de Cajus, l'imprimeur décroche un vrai cheval du meilleur niveau, capable de déposer l'opposition dans le Prix Caroline de Freycinet, la grande épreuve pour les 4 et 5 ans à plus de 37,5% de la journée classique des Ministères de Tarbes 2017.

 


Divin de Cajus, monté par Valentin Seguy.

 


Philippe Giraud, chaudement félicité par Paul Couderc, le Président du Syndicat AngloCourse après la victoire.

 

 Ainsi, sous la selle de Valentin Seguy, Divin de Cajus a laissé à 4 longueurs Feeling du Pécos, également fils de Carghese des Landes. Elevé par Patrice Lozano, ce 4 ans qui est arrivé tardivement à l'entrainement a couru 3 fois sans pouvoir gagner à 3 ans, mais il est resté invaincu en 5 sorties à 4 ans en 2017. Il fait déjà aussi bien que sa mère, la gagnante classique Manon de Cajus, et il galope sur les traces de son oncle Beauty de Cajus, titulaire de 16 victoires dont 5 en Corse et une cascade de classiques sur le continent, pour un total de gains de 235.000 €.

Rappelons enfin que Divin de Cajus est un anglo-arabe très authentique, puisqu'il porte 50,1% de sang arabe. Sa mère est issu du croisement originel de la race, entre un étalon pur-sang arabe domme Djouras Tu et une mère pur-sang anglais nommée Polycante.

 

 

VOIR LE PEDIGREE DE DIVIN DE CAJUS

 

 


On en parle dans l'article


Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article