Raconteur, un nouvel étalon Anglo-Arabe dans le Nord

08/02/2017
« Je refuse de croire et d’accepter qu’un cheval soit cantonné à une seule discipline ». Véronique Libbrecht, la co-éleveuse de Raconteur (Roumega du Tuc aar x Sheyrann xx) avec son frère Xavier, a bien raison. Elle en veut pour preuve notre sujet du jour, un anglo-arabe à 25% gagnant en steeple, sur les haies ainsi qu’en endurance. Ce dernier débute, à douze ans, sa carrière d’étalon dans le Pas de Calais en 2017, chez Christian Cannesson, au Haras de la Folie à côté de Valanour (PS) et de Majestic de l’Orne (AR). Véronique Libbrecht son naisseur et Xavier Libbrecht qui géra sa carrière de course nous content ou plutôt nous racontent l’histoire… d’un certain Raconteur. Source WWW.ANGLOCOURSE.COM
Raconteur lors d'une course d'endurance, sa deuxième carrière sportive après les courses
 
L’histoire commence avec l’achat de sa mère en 1997 alors que Roumega du Tuc, une anglo-arabe à 50% (Baroud III AR x Cousin Pons PS), avait 14 ans. Véronique Libbrecht explique : « Mon frère Xavier avait monté cette jument en course d’endurance dans un marathon au Qatar. Roumega avait déjà fait ce parcours l’année précédente mais là, en 1997, elle avait amélioré son temps. Xavier et elle ont conclu 20èmes de la course. Sur 100 partants, 40 seuls sont arrivés. Nous la voulions absolument comme poulinière. Elle nous a fait 5 produits, que des mâles et voulions conserver son dernier produit entier pour en faire un jour un étalon et ce fut Raconteur.
 
Roumega du Tuc a transmis sa présence, sa confiance et ses bons tissus à ses poulains et notamment à Raconteur. Je me souviens encore de sa naissance. Elle avait pouliné debout dans un box, évidemment très paillé puisque je savais qu'elle avait peur de se coucher suite au malheureux coup de pied qu'elle avait reçu au pré à 7 mois de gestation. Elle avait marché dans le box, s'était arrêtée un court moment dans le seul coin du box non visible à la camera puis plus de son ; silence, un bruit de paille, et un petit hennissement de découverte du nouveau monde... Il commençait à raconter sa vie...
 
Raconteur avait gagné les 90km de Lamorlaye en juin 2015 avec Elizabeth Hardy

Raconteur a été ensuite débourré par Jean-Jacques Lenouvel puis a intégré l'entrainement de Loïc Manceau à Pau. Après le grave accident de Loïc, Raconteur a rejoint l'écurie de l’entraîneur Thierry Lemer à La Teste et a débuté en courses à cette époque en 2008 à l’âge de 3 ans.
Apres des débuts en plat, dont une 2ème place, il a été dirigé sur les obstacles. Il a ainsi gagné en haies, sur le steeple dans la foulée, puis a assuré quelques bonnes places.
 
Suite à une petite tendinite, nous avions décidé de le rapatrier dans le pays Boulonnais où il a encaissé, dehors, comme tous les chevaux élevés au haras, un hiver particulièrement rigoureux. Comme j’habitais sur place, je l'avais sous mes fenêtres et je ne le voyais rentrer dans son abri que pour boire et tirer le foin dehors que je m’évertuais à mettre au sec… En vain!  Il avait vraiment un poil d'ours, super brillant et doux aux petits endroits où la boue ne s'accroche pas ».
 
« Après une tentative avortée de retour en courses » explique ici Xavier Libbrecht « l'idée de tenter une carrière d’endurance m’est apparue comme évidente. En fait je l’avais en sourdine depuis l’époque ou j’avais monté sa mère au Qatar, puis l’avait achetée à Denis Letartre, pionnier et pro de l’endurance, qui l’avait entraînée pour la cause. La souche, le fait de l’avoir gardé entier, le tempérament de Raconteur, ses tissus, sa taille car c’était le plus petit de la fratrie, enfin les hasards de la carrière de son propre frère Orateur, ont induit le reste.
Orateur (Roumega du Tuc x Sheyrann) en effet, après des débuts en courses (entraînement Jacques Ortet) fut classé Elite à six ans à Uzes (finales SHF) en 2008, avant d’être vendu en Italie (NDLR).
 
 
Raconteur lors d'une visite vétérinaire en course d'endurance
 
Après un long séjour au haras Raconteur fut d’abord confié à Dorothée Benedet qui montait, au Mas de Vinaigre (Aveyron) pour Manu Mercier, le fils de Gaston Mercier (selles Mercier), qui est un ami de longue date. Dorothée détecta, dès ses premières courses, ses qualités et son aptitude à la discipline mais craignait que la dureté des sols de la région ne réveille la vieille tendinite. Le cheval revint donc après ces premiers essais, dans le Pas de Calais et fut mis en pension au CE du Touquet ou Fabienne Deunette, qui, dans le passé, avait pré-entrainé pendant dix ans des chevaux de courses pour Bernard Le Gentil (Haras d’Estruval) le travailla et veilla jalousement, entre mer et dunes, à une reconversion réussie.
 
En deux saisons le cheval effectua une progression régulière de 30 à 120 kms (Fontainebleau en octobre 2016) qu’il courut facilement, sous la monte de Julie Croisile, à la moyenne de 14,65 KM/H. Il est à noter que Raconteur a quasi toujours été monté par des cavalières, Marion Delattre pour ses premières qualifications dans le Nord, puis Elisabeth Hardy qui remporta en Juin 2015 la 90 kms à Lamorlaye et reçut le prix de la meilleure condition ou encore Marie Charlotte Bousquet à Tartas ou Castelsagrat.
Naturellement c’est un cheval qui attire l’œil. Doté d’un bon caractère pour un entier, tant à l’écurie qu’en voyage, d’un excellent mental en course, froid, concentré, courageux, il est servi, outre ses qualités naturelles de galopeur, par un cardiaque de compétiteur (30 au départ de la 120 de Fontainebleau et 48 à l’arrivée.. » 
 

On en parle dans l'article


Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article