Cherco est reparti en conquête à Pau

26/01/2014
Cherco, Alabelle Lauteix et Aravios du Mont ont pris le relais des Paulin de Sourniac et autres Aurko au palmarès du meeting de Pau 2013/2014. Chacun dans leur style ils auront marqué la piste Béarnaise.
Cherco, ancienne vedette du plat, est passé avec bonheur sur les obstacles (photo Jean-Pierre Rivière)
 
 
Prix de Charles de Ginestet : Cherco aligne...
 
En s’imposant dans le Prix Charles de Ginestet, Cherco (12,5% par Lavirco et Chesnette par RB Chesne) s’octroie un troisième succès consécutif dont deux au cours du meeting Palois. Il s’agit de la 6e victoire de Cherco en 9 sorties en obstacle. A l’arrière pendant la majorité du parcours, Cherco et Bertrand Lestrade sont venus passer en revue l’ensemble des concurrents en fin de course pour s’imposer de 8 longueurs sous 73 kgs. Le protégé de la famille Laborde cumule à présent 214.000 euros de  gains en 10 victoires et 7 places. Grand rival de Bénévolo de Paban à 3 ans, mais surchargé dans les meilleurs courses plates à 3 et 4 ans, Cherco a été castré tardivement et a malgré cela réussi une remarquable reconversion sur les obstacles.
 
 
A la seconde place Orfan de Roumanie (25% par Chef de Clan et Osterlitz par Jolie Mars) n’a pas démérité sous 71 kgs. Il était monté à cette occasion par Jonathan Plouganou pour le compte d’Hubert Dumont Saint Priest, Thierry de Lauriere et Charles de Chaisemartin. La régularité de ce 25% est tout à fait impressionnante. Sur les 13 dernières sorties il n’a jamais terminé plus loin que la 3e place! Feuer (25% par Feu Ardent et Musiczara par Dan Music) termine à la 3e place sous la selle de Vincent Chenet. Il est entraîné par Jacques Piednoel pour le compte de son éleveur Bruno Fraize. Peu utilisé, son père Feu Ardent est également à l’origine du très bon Feu Croisé. Feu Ardent a été exporté en Espagne (tout comme Zeffir) et il faisait encore récemment la monte du coté de Séville...
 
On notera par ailleurs le fait que Feu Ardent, après avoir disputé l’arrivée des bonnes courses en plat, s’était imposé dans le Prix Charles de Ginestet ! La liste des  analogies ne s'arrête pas là car Feu Ardent est le propre frère de Jolie Mars, lui même père de mère d’Orfan de Roumanie. Ce dernier est un fils de Chef de Clan, tout comme Alabelle Lauteix, gagnante du Prix Emile Lestorte lors de ce même meeting Palois...
 

 
 
 
 
Feu Ardent, un étalon rare (crédit www.angloarabe.net)
 
 
 
Prix Emile Lestorte : 12,5 + 12,5 = 12,5

Cette épreuve sur les haies, réservée aux 4 ans, à vu s’imposer Alabelle Lauteix (12,5 % par Chef de Clan et Perle Lauteix par Moon Madness) qui appartient à ses éleveurs Madame et Monsieur James Boulesteix. Cette élève de Thierry de Lauriere est issue de deux parents à 12,5% de sang Arabe, croisement atypique compte tenu de la rareté des reproducteurs à ce pourcentage. Pleine d’allant dès la sortie des boites, Alaballe s’est “fait la belle”... et s’impose de “loin” au terme des 3500 mètres de l’épreuve. Avant ses débuts victorieux en obstacle, la pouliche s’était montrée très régulière en plat à 3 ans (5 sorties 1 victoire et 4 places) avec notamment une seconde place dans la Poule d’Essai de Lebeaumani. C'est le 1e et seul produit déclaré de sa mère Perle Lauteix, petite gagnante au Dorat mais issue de Perle Clair du Lac qui ne fait que des gagnants dont Quick Lauteix, Reine Lauteix, Ubac des Places et Vitavie des Places.
 
A la seconde place on retrouve Vogalonga (25% par Balko et Kamailya par Kalyan). Troisième du Prix du Houga l’an dernier à 3 ans, cette pouliche de l’élevage Audoy est née pour sauter puisque soeur des bons Gozzo, Muscade, Dame de Guerre… Elle est entraînée par Bruno de Montzey. La troisième place revient à un débutant qui a fait bonne impression pour sa première sortie. Angkor de Lagarde (25% par Grey Risk et Onxy de Roches par Dearling) est né chez Paul et Philippe Couderc (Elevage de Lagarde) de l’étalon confirmé en obstacle Grey Risk et de la classique Onyx de Roches, gagnante de la Poule d’Essai. Il est entraîné par Thierry de Lauriere.
 
 
Prix Elie de Malet: entre Plouk Vergoignan et Fanfan la Tulipe !
 
 
Né dans le Cantal, comme Angkor de Lagarde, Aravios du Mont (par Jebeland Pontadour et Brune du Cantal par Plouk Vergoignan) décroche dans le Prix Elie de Malet sa 1e victoire.  Resté inédit à 3 ans, ce 25% a pris 4 places à 4 ans en obstacle. Absent à 5 ans, il a finalement repris le chemin de la compétition à l’automne de ses 6 ans. Issu d’un croisement purement Cantalien (Plouk Vergoignan sur Fanfan la Tulipe E) sa mère fut une solide jument de Cross Country (39 sorties 6 victoires 17 places). A ce jour Aravios du Mont, né chez Pierre Taguet, est son seul produit gagnant.
 
Le futur gagnant a navigué une bonne partie de l’épreuve en milieu de tableau. Concentré, dans une attitude basse, il a progressé petit à petit dans le peloton, gérant au mieux son effort. Juste avant le dénouement final, bien placé par Jeremy Besnardiere qui lui offre alors une trajectoire idéale, il passe à l’attaque au moment où la favorite chute. C’est d’une encolure qu’il résistera au retour de Sangaro.
 
Après des débuts difficiles, ce Sangaro semble se bonifier d’année en année. La série de bons résultats qu’il réalise depuis fin octobre (Victoire dans le Prix Palestel à Agen suivie de deux places face aux meilleurs) vient récompenser le travail de Fabienne et Fernand Minetti. Né pour sauter (Fantagaro x Safir) chez Jacques Lafarge, Sangaro a faillit ne pas prendre part au Prix Elie de Malet. Suite à une défaillance de jockey, Fernand Minetti (lui même ancien jockey d’obstacle) en trouva de justesse un autre sur place en la personne d’Hernan Rodriguez Nunez. Ce dernier eu ainsi l’occasion de découvrir le cross de Pau qu’il n’avait jamais monté!
 
Le 50% de Danièle et Christian Bellot, Calos (Dearling et Calandisla par Mangarose), se classe 3e de cette épreuve avec Thomas Beaurain. Il est issu de la famille de Catharine qui a été détaillée dans l’article “Paupaul a encore frappé”.
 
 
De vertus insoupçonnées de l’obstacle en Anglo-Arabie
 
 
 L’obstacle et ses conséquences sur le stud-book Anglo-Arabe occupent bien des débats. Au fil des articles qui paraissent sur ce site, les racines généalogiques de l’aptitude au saut sont régulièrement mises en avant. L’enrichissement et l’amélioration du programme réservé aux Anglo-Arabes en obstacle fut lancé voici de nombreuses années soit bien avant l’arrivée des 12,5%.
 
On peut se demander quelles auraient été les chances de survie de certains courants de sang sans l’étoffement du volet obstacle du programme Anglo. Ce meeting Palois aura par exemple fait parler de Zeffir, Feu Ardent, Fantagaro, Jolie Mars, Chef de Clan… or ces courants de sang font partie du patrimoine génétique du stud-book et ils représentent une plus value du fait de l’aptitude au saut qu’ils garantissent. Ils sont également source de variabilité génétique, un avantage de taille pour un stud-book en manque de diversité. Dans un contexte différent certains courants de sang ont presque disparu des pédigrées et c’est tout à fait regrettable. On pensera par exemple à Dionysos II.
 
Il faut espérer que la revalorisation de l’obstacle, au delà de l’ouverture aux 12,5%, permettra sur le long terme de pérenniser certains courants sangs et souches parmi les plus aptes au saut…
 
 
Adrien Cugnasse

 

 

 

 

 

Zeffir (photo www.angloarabe.net)



Commentaires

This does look priosming. I'll keep coming back for more.
Nelda - 14-10-2016 06:45