San Petrone Corso, l'île de beauté en force à Pau !

31/12/2019
En ce 31 décembre, San Petrone Corso s'est envolé dans le prix Charles de Ginestet, le Grand Steeple des Anglos de Pau. Seul fils d'un étalon anglo au départ, Olzarte de Collongues,  il a fait briller l'élevage Corse, grand pays de la race, et achevé en beauté l'année exceptionnelle de François Nicolle, son entraîneur. Source: WW.ANGLOCOURSE.COM

San Petrone Corso, l'alezan en tête, s'envole vers la victoire dans le Grand Steeple des Anglos de Pau

 

Grand pays de l'anglo-arabie, la Corse s'est fait une spécialité du programme réservé à la race, en ramenant le plus souvent des chevaux du continent, mais quid de l'élevage ? Si l'île de beauté a pu un temps craindre que son élevage soit menacé, elle a remonté la petite pente ces dernières années, en faisant des courses réservées aux nés/élevés en Corse. Voilà maintenant que l'élevage corse s'en va traverser le bras de Méditerranée vers la métropole, et après Aragorn d'Alalia dans le Grand Steeple des Anglos à Auteuil, c'est au tour de San Petrone Corso de s'envoler dans le prix Charles de Ginestet à Pau ! Lui aussi a grandi en Corse, et y a répété ses gammes avant de partir à la conquête de la France ! 

 

 

 

 

Grande figure de l'élevage Corse, parmi les meilleurs, Mathieu Maurizi se cache derrière San Petrone Corso. Installé à Alistro, à l'est de l'île, cet entrepreneur élève depuis 35 ans, et a même entraîné ses pensionnaires dans les années 90, avec Divertimento, 3ème du prix du Bourbonnais en 1994 à Evry, ou encore Miss Gail, 2ème du prix Glorieuse la même année. Ces chevaux ont été de grands compétiteurs en Corse, tout comme San Petrone Corso. Nommé en hommage à une montagne corse, il porte la casaque bien connue de Antoine Bardini, propriétaire ayant de nombreux chevaux en France, notamment chez François Nicolle, dont Porto Pollo, gagnant de Gr.3 à Auteuil en 2018. Il a couru 19 courses en Corse, en gagnant 7 fois dont le Grand Prix des 3 ans, pour l'entraîneur local, ancien jockey, Daniel Férir.

L'an passé, il monte à la capitale avec San Petrone Corso pour disputer le Grand Prix des Anglos à Longchamp, dont il termine très bon 3ème derrière Flamb'ee, avant de terminer 2ème du Grand National de Toulouse et du Jean Laborde. Passé à l'obstacle en 2019, il avait gagné en haies à Agen, avant de se diriger vers le steeple. La discipline semble lui aller comme un gant puisque il a pulvérisé l'opposition aujourd'hui dans le Grand Steeple des Anglos de Pau, sous la selle de Théo Chevillard. François Nicolle signait ainsi sa 231ème victoire de l'année, lui qui a accroché un record à son palmarès avec 9M € de gains amassés en 2019 !

 

San Petrone Corso l'an dernier dans le prix Jean Laborde (à l'extérieur)

 

San Petrone Corso descend d'une souche de la Marquise de Moratalla depuis sa 5ème mère  Farida IV, déjà anglo-arabe, grand-mère de l'excellent Benat, un fils de Florestan II invaincu en 6 tentatives, et vrai crack du début des années 80. Robert Litt, très bon jockey de l'époque, l'avait d'ailleurs récemment comparé à Paban de France. Cette grande souche de la Marquise de Moratalla est descendue jusqu'à Smoke, la mère de San Petrone Corso, qui a débuté justement chez Robert Litt, l'entraîneur, sous la fameuse casaque rouge à toque verte. 3ème à Tarbes, elle était tout près notamment de Opérette de Brejoux, future mère du très bon anglo Auri Plenam Delmar. Smoke a ensuite été exportée en Corse, pour Antoine Gandolfi, chez qui elle a couru 50 courses jusqu'à 6 ans, gagnant 10 fois et se plaçant à 38 reprises ! Il est intéressant de noter que c'est une fille de Rosy Fast, qui se fait un nom comme père de mères, puisque déjà à l'origine de France du Pecos, très bonne en piste, puis au Haras, puisque mère du crack Paban de France. Au haras, Smoke a produit aussi le bon Achtar et Hattan, propre frère de San Petrone Corso, qui compte 3 succès. 

 

Benat, lointain cousin de San Petrone Corso, et crack anglo des années 80

 

San Petrone Corso fait briller son père,Olzarte de Collongues, qui avait fait la monte en Corse lors de sa conception, avant de revenir en France au haras de Lassos en 2015, chez Jérôme Berges. En 2007, ce fils de Faucon Noir a été le meilleur 3 ans anglo-arabe, en gagnant le Critérium des Jeunes à 25%, le prix du Ministère de l'Agriculture à 25%, et le Grand National. A 5 ans, il a battu Ragtime Pontadour dans l'Omnium. Malgré une production réduite, il a sorti le gagnant de Ministère Spartaco Da Clodia, et maintenant San Petrone Corso. Il alterne entre le Haras de Lassos et le Haras de Gelos, où il saillit plus de 20 juments ces deux dernières années. La nouvelle arrive à point nommé, à l'entrée d'une saison de monte que Olzarte de Collongues effectuera au Haras de Gélos à Pau, à 1000€ la saillie. Notons d'ailleurs qu'il était le seul étalon anglo-arabe à avoir un partant aujourd'hui dans le prix Charles de Ginestet !

 

Olzarte de Collongues


On en parle dans l'article


Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article